Production de papier

De l’eau pure, des fibres naturelles, un savoir-faire inégalé dans l’art de la fabrication du papier et une priorité absolue accordée à la qualité, sont les fondements de notre succès depuis plus de 400 ans.

Nous accordons également beaucoup d’importance à la durabilité sur notre site de fabrication. L’entreprise Hahnemühle est implantée en bordure d’une réserve naturelle. Nous sommes donc d’autant plus attentifs au caractère écologique de notre production de papier. Il va de soi que nous utilisons les ressources précieuses que sont l’eau, la fibre et l’énergie de façon responsable et avec modération.

 

 

Eau

L’eau dont nous avons besoin pour fabriquer nos papiers FineArt de qualité exclusive provient directement d’une source et se distingue par sa grande pureté, ce qui nous dispense de tout traitement chimique. De même, en sortie du cycle de fabrication, l’eau est exempte de substances polluantes et sa qualité est excellente lorsqu’elle retourne dans le cours d’eau. Riverains d’une réserve naturelle, nous nous conformons aux exigences les plus élevées en matière de respect de l’environnement dans notre production, conformément à la directive habitats faune flore de l’Union européenne (92/43/CEE). Une étude de la fondation munichoise pour la technologie du papier (Papiertechnischen Stiftung München) le confirme et certifie que nous utilisons l’eau de manière responsable et, surtout, parcimonieuse.

 

 

 

Fibres

Notre gamme de produits contient plus de 500 sortes de papiers d’art, de papiers-filtres et de papiers techniques pour l’industrie et la recherche. Afin de garantir la grande pureté du papier, nous employons exclusivement des fibres primaires. Nous utilisons de la cellulose sans lignine issue de plusieurs essences de feuillus et de conifères issus d’une gestion forestière durable. La majorité de nos fournisseurs dans le monde bénéficient de certifications, dont le label FSC (Conseil de soutien de la forêt) et la certification PEFC (Programme de reconnaissance des certifications forestières). En outre, nous attachons une grande importance à l’utilisation exclusive de fibres qui n’ont pas été traitées au chlore libre. Les linters constituent par ailleurs une matière première clé pour la fabrication de nos papiers 100 % coton. Ils correspondent aux fibres courtes qui entourent les graines de la plante de coton et sont des sous-produits de l’industrie du textile et de l’huile. Enfin, nous nous intéressons à différentes alternatives à la cellulose qui se renouvellent rapidement et préservent les ressources, comme le bambou. Nous menons des recherches afin de produire de nouveaux papiers avec ces matières. Nous nous assurons que les surfaces utilisées pour les cultiver n’ont pas été créées aux dépens de la forêt tropicale.

 

 

Énergie

La fabrication du papier est un processus gourmand en énergie pour lequel nous consommons de l’électricité et du gaz naturel. Depuis de nombreuses années, tous nos besoins en électricité sont couverts exclusivement à partir de sources d’énergies renouvelables (hydraulique, éolienne, solaire). Cela nous permet de réduire nos émissions de CO2 de plus de 3 000 tonnes par an. Nous en sommes très fiers et travaillons à poursuivre la réduction de nos émissions. Pour chauffer les rouleaux des machines qui sèchent le papier lors du processus de production, nous recourons au gaz naturel. Grâce à la récupération des rejets thermiques, nos installations de chauffage affichent des valeurs inférieures aux 40 % des plafonds prévus par la loi.

 

 

Recyclage

Le recyclage est l’un des aspects de notre mode de gestion durable des ressources. Les chutes et les restes issus de la fabrication sont réutilisés dans le cycle de production et, si cela n’est pas possible, transmis à d’autres entreprises de transformation. Nous donnons la priorité aux matières premières secondaires, c’est-à-dire aux matières elles-mêmes obtenues par recyclage, dans la mesure où cela ne nuit pas à la qualité de nos produits. Le dos des blocs de papier, le tube des rouleaux de papier et les cartons d’emballage sont de bons exemples de ce parti pris.